Restons connectés

13/09/2017 Visite à l'écurie LIVIO

Mercredi 13 Septembre, élèves de 2 ème année CS Education et travail des jeunes équidés.

Les écuries Livio se trouvent à Denezé sous Doué à proximité de l’hippodrome de Verrie (Saumur)

Nous avons été reçus par la chef d’écurie, Camille Letourneux.  Elle nous a fait visiter les installations et présenté les chevaux :

  • Bâtiment avec une vingtaine de boxes, douches, aires de pansage
  • Marcheur
  • Rond d’Havrincourt utilisé également en tant que rond de longe, sol (Toubin & Clément)
  • Manège, sol souple (copeau + sable)
  • Carrière, sol plus frappant (Toubin & Clément)
  • 20 Paddocks individuels en herbe

Ils disposent d’une vingtaine de chevaux. Maxime Livio  préfère privilégier la qualité à la quantité.
Chaque cheval a son box et son paddock pour qu’il soit dehors le plus possible. Tous les boxes sont de taille de 3m x 3m, recouvert de moitié en copeaux pour éviter de mélanger le copeau et la nourriture (foin traité au purificateur de foin Haygain, enrubanné). Les boxes sont sur copeaux afin de contrôler le poids de chaque cheval.

Tous les chevaux sont sortis tous les matins au trot en main afin de vérifier qu’il n’y ait pas de problème, puis mis au marcheur et au paddock en fonction du cheval. Chaque cheval à sa séance de travail en fonction de son planning d’échéances ou de travail : travail sur le plat, obstacle, trotting, longe, galop. Tous les chevaux ont au moins une séance de longe par semaine ainsi que deux trottings afin de préserver leur moral.

Les chevaux ont une fois par semaine une grosse séance de galop sur la piste de Verrie quand ils le peuvent, avec un cardio pour pourvoir contrôler la fréquence cardiaque du cheval. Ainsi ils peuvent en discuter avec leur vétérinaire pour pouvoir améliorer leur condition physique pour que le cheval soit au maximum opérationnel lors du concours. Les chevaux sont suivis par un vétérinaire et un ostéopathe qui pratique également la physiothérapie équine.

Ils ont mis 2 qualités de sol dans leurs installations : sol plus ferme et du sol plus mou afin que les chevaux travaillent sur tous types de sol afin de préserver les tendons.

Préparation d’une échéance :

Chaque cheval va avoir un travail adapté à ses qualités, a ses capacités et à sa forme physique. Par exemple un cheval ayant des facilités sur le CSO, Maxime va approfondir son travail sur le plat car pour lui on ne peut pas travailler les trois disciplines a 100% car cela serait beaucoup trop dur physiquement pour le cheval.

En plus de cela Maxime va galoper ses chevaux 6 fois avant une échéance. Lors des 3 premières séances de préparation Maxime réalise 1 galop par semaine. Lors des dernières semaines de préparation il en effectue trois plus rapprochées avec toujours un espace de 4 jours entre chaque galop.

Les premiers galops sont plus poussés pour travailler le fond et les derniers sont faits pour la récupération et la morale.

Le dernier galop doit être fait 1 semaine avant l’épreuve de cross.

Séance de travail :

Un cheval de 7ans par L’Arc De Triomphe*Bois Margot et une mère Pur-Sang.
Le but de la séance consistait à remettre progressivement le cheval sur les hanches et de le rééquilibrer car son attitude naturelle est très horizontale et qu’il a tendance à lâcher le mors.

Sur le plat :

Début de séance au pas sur un huit de chiffre pour assouplir le cheval. Travail au trot en sur impulsion, toujours avec une attitude haute, presque ouvert. Les mains toujours au-dessus de la bouche pour garder un contact constant.

Beaucoup de transitions trot arrêt reculer puis départ au trot, cela oblige le cheval à rester en équilibre et à pousser avec ses postérieurs. Au galop il travaillait presque au rassembler toujours dans le but d’améliorer l’équilibre du cheval, avec beaucoup de transitions au trot et des serpentines avec transition ou changement de pieds.  
En fin de détente il a laissé le cheval s’étirer en gardant de l’impulsions.

Sur le CSO

Début de séance, il faisait l’exercice en entrant sur le cavaletti et en sortant sur le vertical. Il cherchait à avoir un cheval droit, aux ordres, qui saute en ligne sans se vriller. A la réception de l’obstacle il cherchait à ce que le cheval ne plonge pas ou ne se décale pas. Quand le cheval partait en désordre il tournait court à la réception pour que le cheval se remette plus facilement aux ordres et en équilibre.

Ensuite il a franchi la ligne dans l’autre sens avec entrée oxer et sortie sur le cavaletti. Le but était que le cheval reste aux ordres, droit et en équilibre. Sur l’oxer Maxime recherchait de la rectitude et un bonne poussée des postérieurs pour assurer une bonne trajectoire et une bonne prise de hauteur. Après l’oxer quand le cheval ne revenait pas correctement il réalisait une transition galop-arrêt avant le cavaletti pour que le cheval comprenne qu’il devait être aux ordres.

En fin de séance il a étiré le cheval une dernière fois pour le mettre dans le confort.

Après avoir assisté à la séance de travail de Maxime LIVIO et son jeune cheval de 7 ans, nous avons également assistés aux soins prodigués par Camille Letourneux.  En effet, les chevaux sont des athlètes de haut niveau et le temps accordé à leurs soins est important. Camille nous a donc montré la manière dont elle procédait pour les soins des chevaux :

  • Nébulisations à base d’huiles essentielles pour améliorer la respiration en libérant et nettoyant les bronches pour un meilleur souffle, durée : environ 20mn
  • Bottes en caoutchouc à bas contenant de l’eau froide + glaçons, qui sont branchés à un compresseur qui procure des remous, cela permet de soulager les tendons par effet de massage et les pieds du cheval, durée : 20 mn. Les bottes sont utilisées après chaque gros effort et pendant les concours.
  • Les chevaux sont massés à l’aide d’un gant de massage avant et après le travail si besoin avec de l’arnica sur l’encolure, le dos et le rein. Ces soins sont réalisés surtout sur les vieux chevaux afin de les préserver au maximum.

Conclusion

Cette visite était très intéressante, elle nous a permis de découvrir le fonctionnement et le système d’un des tous meilleurs cavaliers mondiaux.

On a pu découvrir ses méthodes, son organisation et la gestion de sa cavalerie en terme de travail quotidien, de soins et préparation aux grosses échéances.

Nous avons constaté que c’était une écurie très ouverte, que les chevaux n’étaient pas constamment enfermés. C’est une écurie qui a été créée par un architecte qui a fait en sorte d’aérer un maximum l’espace.

Les chevaux sortent beaucoup au paddock pour construire leur mental et le garder tout au long de l’année. Maxime Livio part du principe qu’un cheval est tout d’abord un animal d’extérieur et un herbivore avant tout avant d’être un cheval de sport. C’est d’ailleurs pour cela que certains chevaux sont toute la journée au paddock et dès la belle saison certains dorment dehors également.

Tout le bien être qui est étudié autour des chevaux est en cohérence avec ce qui leur est demandé et leurs niveaux dans le sport équestre.

Ils ont besoin d’un très bon esprit d’équipe entre eux car quand des chevaux partent sur des grosses échéances ils ont besoins d’avoir confiance entre chacun d’eux pour laisser les chevaux aux écuries, les travailler. Ils ont chacun leurs tâches respectives à réaliser au quotidien.

Il y a également une formation qui a été développée sur un autre site à proximité. Ce sont des élèves qui viennent avec leurs chevaux personnels, qui ont un objectif précis en début d’année. Ils veulent une évolution et un suivi avec Maxime LIVIO qui est une personne qui aime former et apprendre aux autres, c’est pour cela qu’il suit tout au long de l’année ses élèves sur les mêmes concours que lui. Niveau minimum des cavaliers : amateur élite CCE.

Partager sur Facebook